La nouvelle collection Café Bonheur de Lancôme : mon avis.

Mercredi 05 mars 2019.

Malgré ce temps très pluvieux, j’ai reçu les jolies nouveautés printanières de chez Lancôme. La nouvelle collection « Café Bonheur« , c’est une touche de couleur qui fait du bien!

1.L’Absolu Rouge – Café Bonheur. (Top Coat)

Le produit le plus intriguant de la collection! C’est LA petite touche en plus à la fin du maquillage qui fait toute la différence. L’Absolu Rouge est ici décliné en top coat pour sublimer nos lèvres d’un joli voile glossy et pailleté très subtil. La teinte est universelle et apporte une touche en plus à votre « no make-up » look. Perso, je l’adore déjà!

Les petits plus : le packaging printanier et très soigné ainsi que sa formule baume qui hydrate et adoucit les lèvres. (Prix: 33,50€)

2. Blush in Capitals.

En édition limitée, c’est le collector de la collection ! Personnellement, je n’avais encore jamais testé ce format de blush et je trouve celui-ci vraiment très joli. Pourquoi ce nom me direz-vous ? Et bien tout simplement parce que ce blush se présente sous la forme de lettres capitales formant le nom « Lancôme« .

Je pense que ce blush correspondra plus à celles et ceux qui chercherons quelque chose de plus léger. Rehausser le teint d’une touche de rose pour donner un coup d’éclat et un effet glowy au visage.

Les petits plus : le packaging très chic, inspiré par le cannage des chaises de bistrot parisien. (Prix: 48,00€)

3. L’Abolu Rouge – Café Bonheur.

Trois nouvelles teintes s’ajoutent à la collection « Absolu Rouge« . Deux teintes nudes  au fini satiné (125 et 130) et une teinte rose mate (135).

Personnellement, j’aime énormément la texture de ces rouges à lèvres. Elle est très hydratante et apporte un confort sur les lèvres que je ne retrouve nul part ailleurs. J’aime beaucoup ces teintes nudes et le rose que j’ai hâte de porter au printemps ! J’aurais peut-être apprécié plus de différence entre les deux teintes nudes que je trouve très proche l’une de l’autre. (Prix 33,50€)

4. Teint Idole Ultra Wear Blush Stick.

Deux nouvelles teintes aussi pour les produits Teint Idole Ultra Wear Blush Stick! Je voulais vraiment mettre l’accent sur ces blush, car j’ai testé tellement de blush en stick et j’ai toujours été déçue par soit la tenue, soit l’estompage. Et ceux-ci, sont vraiment wouaw! Tellement facile à appliquer et à estomper, ils ont une texture très douce et facile à travailler.

Les petits plus : l’effet seconde peau et le format « on the go » hyper pratique! De plus, ces teintes s’adaptent à toutes les carnations. (Prix: 41,00€)

5.Le vernis Café Bonheur.

Les deux éditions limitées de la collection « Le Vernis » sont trop jolies !

La teinte 110 « Oh mes Paillettes » et mon coup de coeur, la teinte « Rose Café« , un rose de prime abord simple, mais qui, une fois sur les ongles donne une touche de peps toute en douceur que j’adore.

Les petits plus : facile d’application, la brillance longue tenue et le séchage rapide. (Prix: 22,50€)

6. Le Monochromatique.

Un blush parfait pour tous les jours. Il apporte une jolie couvrance qui peut être modulable grâce à sa formule multi-usage. Effectivement, le monochromatique peut se porter comme blush, mais aussi sur les yeux et les lèvres ! (Prix: 30,50€)

 

 

 

Publicités

Mon avis sur « Green Book: sur les routes du sud »

Jeudi 14 février 2019.

Le jour de la Saint-Valentin mais aussi, le jour le plus chaud de l’année pour le moment. Un joli 16°C mi-février, ça fait énormément de bien! J’en ai profité pour faire une petite balade au soleil, sans écharpe, sans gants, sans manteau…Qu’est-ce que ça fait du bien!

Puis ensuite, je suis allée au cinéma, lieu que je squatte beaucoup entre janvier et avril effectivement… J’ai été voir « Green Book » avec l’iconique Vigo Mortensen (bien loin de son rôle d’Aragorn).


Le synopsis: 

En 1962, lors de la ségrégation, Tony Vallelonga, videur italo-américain du Bronx, est engagé comme chauffeur par le Dr Don Shirley, un pianiste noir de renommée mondiale, lors d’une tournée allant de Manhattan au sud profond des Usa. Il s’aide du « Green Book » pour dénicher les établissements acceptants les personnes de couleur, où Shirley ne sera ni maltraité, ni battu, ni humilié de par sa couleur de peau.

Dans une Amérique où le mouvement des droits civiques commence à se faire entendre, Tony et Don Shirley vont s’apprivoiser mais vont aussi être confrontés au pire de l’être humain. Ils vont ensemble dépasser leurs préjugés et apprendre que leurs « différences » ne sont au final qu’un vulgaire amas de broutille.


Green book – Sur les routes du sud, a reçu trois Golden Globes: le meilleur film comique ou musical, le meilleur acteur dans un second rôle et le meilleur scénario.

Pour ce qui est de mon avis, ce film est un vrai chef-d’oeuvre tiré d’une histoire vraie!

Plongés dans l’Amérique des années 60, nous avons l’impression de vivre l’aventure du début à la fin. Une aventure aussi stimulante que percussive. En réalité, les deux heures et dix minutes que dure ce film passent à la vitesse de l’éclair.

Tony Vallelonga, surnommé « Tony la Tchatche » pour ses facultés de persuasion acquises durant son enfance en plein coeur du Bronx. Il est aussi très bon bagarreur, d’où son travail de videur au Copacabana. Tony représente l’italien-américain des années 60, bon vivant, franc et décontracté. Dans ce rôle, Vigo Mortensen est méconnaissable! Bien arrondi et le cheveu gras, ça ne lui enlève en aucun cas ses talents d’acteur, il est incroyable! Tout comme son acolyte, parlons-en d’ailleurs…

Docteur Don Shirley, son opposé, disons-le clairement. Un homme très élégant, distingué et … . Toujours bien habillé, adepte du smoking, il est un virtuose de renommée mais aussi un homme doté d’une grande culture. Contrairement à Tony, il est très calme et très posé (le contraste entre les deux personnages fait d’ailleurs tout le film). Sous ses airs très durs, se cache une personne sensible avec de grandes blessures personnelles.

Mahershala Ali est vraiment un acteur brillant que je ne connaissais pas! Il incarne son personnage à la perfection!

Cette rencontre entre Tony et Don Shirley est par moment tellement jubilatoire mais aussi souvent difficile de par ces moments de profondes injustices dues à la ségrégation raciale.

Peter Farelly a su faire de ce film une comédie dramatique parfaitement réussie, dosant à la perfection: le rythme, la musique, l’ambiance et les dialogues.

Comme vous l’avez compris, « Green Book » c’est un peu LE FILM à ne pas manquer cette année. Tellement prenant et n’oublions pas que tout ceci est tiré d’une histoire vraie. D’ailleurs le nom « Green Book » vient d’un vrai guide de voyage intitulé « The Negro Motorist Green-Book » publié de 1936 à 1966 par un postier afro-américain venant de New York, Victor Hugo Green. Ce livre était un guide qui recensait les commerces, hôtels, restaurants,etc… qui autorisaient l’accès aux personnes de couleur à cause des lois ségrégationnistes. Il permettait aux voyageurs de planifier leurs voyages en évitant tous conflits.

Tony Vallelonga et Don Shirley restèrent amis jusqu’à la fin de leurs vies et sont décédés à quelques mois d’écart, en 2013.


Un conseil? Savourez Green Book comme vous pourriez savourer le dernier cookie de la boîte à biscuits. Une fois terminé, vous restez plongé dedans toute la soirée et, Tony et Don Shirley ainsi que leur histoire vous manquent déjà. 

D’ailleurs… Cet article me permet de vous parler de ce chef-d’oeuvre mais aussi, de tirer sur le temps pour rester imprégnée encore un moment.


Et toi, l’as tu déjà vu? J’aimerais vraiment avoir ton avis! 

Mon avis: Les animaux fantastiques 2

Nous sommes actuellement le 28 janvier 2019, jour de mon anniversaire et, c’est aujourd’hui que j’ai enfin été voir Les animaux fantastiques 2: Les crimes de Grindelwald. 

Alors, sans doute après tout le monde et avec énormément de retard, j’avais envie de vous donner mon avis sincère de Potterhead que je suis.

Premièrement, la plus grande différence pour moi avec le premier opus, c’est incontestablement l’ambiance. On retrouve un peu de l’esprit noir des derniers Harry Potter que j’aime tant. De plus, l’histoire se passe entre Londres et Paris, ce qui match parfaitement avec l’univers. J’avais eu du mal avec l’esprit américain du premier.

Deuxièmement, Johnny Depp. Je dois vraiment justifier cet argument? Johnny Depp étant mon acteur préféré depuis des années et des années, c’était un rêve de le voir jouer dans l’univers magique de J.K. Rowling. J’étais déjà super contente de retrouver Helena Bonham Carter dans le rôle de Bellatrix, l’ex-compagne de Tim Burton, mon réalisateur préféré soit dit en passant… Bref je m’égare. Johnny Depp trouve parfaitement sa place dans le film même si j’ai trouvé qu’il aurait pu être un peu plus présent.

Troisièmement, le retour à Poudlard… Les frissons. Pour tout vous dire, je ne m’étais pas du tout retrouvé dans le premier opus que je trouvais trop éloigné de la saga Harry Potter, du coup, je ne m’attendais plus à retomber dans l’ambiance. D’ailleurs, quand les notes de la musique ont retentit au début, j’étais presque un peu étonnée. Donc quand on est rentré à nouveau dans Poudlard, je dois avouer, ça m’a fait quelque chose. Comme le fait de retrouver les Sombrals, le polynectar, le portoloin, le miroir de Risèd et, petit détail important, les hiboux dans le Ministère de la Magie, évoqués par Mr Weasley dans la saga.

Par contre, on en parle de ce Dumbledore? Non, je n’ai rien contre Jud Law, un acteur que j’apprécie d’habitude mais ici… J’ai cru voir Cyril Lignac durant tout le film… D’autres détails m’ont un peu embêtés: les Mandragots (chats d’argent) m’avaient l’air un peu trop « futuristes » comme les menottes de Dumbledore et quelques costumes… Ainsi que Nicolas Flamel qui me semblait un peu mal fait ressemblant plus à notre Père Fouras national

Pour finir, Nagini! Je n’en dirais pas trop à ce sujet mais j’ai eu mon petit moment « Oh my God« . Donc en conclusion malgré quelques critiques et un avis mitigé, j’ai quand même adoré ce second volet qui m’a fait replonger dans ce monde magique que j’aime tant.

Et vous? L’avez-vous vu? Quand avez-vous pensé?