Mon avis sur « Green Book: sur les routes du sud »

Jeudi 14 février 2019.

Le jour de la Saint-Valentin mais aussi, le jour le plus chaud de l’année pour le moment. Un joli 16°C mi-février, ça fait énormément de bien! J’en ai profité pour faire une petite balade au soleil, sans écharpe, sans gants, sans manteau…Qu’est-ce que ça fait du bien!

Puis ensuite, je suis allée au cinéma, lieu que je squatte beaucoup entre janvier et avril effectivement… J’ai été voir « Green Book » avec l’iconique Vigo Mortensen (bien loin de son rôle d’Aragorn).


Le synopsis: 

En 1962, lors de la ségrégation, Tony Vallelonga, videur italo-américain du Bronx, est engagé comme chauffeur par le Dr Don Shirley, un pianiste noir de renommée mondiale, lors d’une tournée allant de Manhattan au sud profond des Usa. Il s’aide du « Green Book » pour dénicher les établissements acceptants les personnes de couleur, où Shirley ne sera ni maltraité, ni battu, ni humilié de par sa couleur de peau.

Dans une Amérique où le mouvement des droits civiques commence à se faire entendre, Tony et Don Shirley vont s’apprivoiser mais vont aussi être confrontés au pire de l’être humain. Ils vont ensemble dépasser leurs préjugés et apprendre que leurs « différences » ne sont au final qu’un vulgaire amas de broutille.


Green book – Sur les routes du sud, a reçu trois Golden Globes: le meilleur film comique ou musical, le meilleur acteur dans un second rôle et le meilleur scénario.

Pour ce qui est de mon avis, ce film est un vrai chef-d’oeuvre tiré d’une histoire vraie!

Plongés dans l’Amérique des années 60, nous avons l’impression de vivre l’aventure du début à la fin. Une aventure aussi stimulante que percussive. En réalité, les deux heures et dix minutes que dure ce film passent à la vitesse de l’éclair.

Tony Vallelonga, surnommé « Tony la Tchatche » pour ses facultés de persuasion acquises durant son enfance en plein coeur du Bronx. Il est aussi très bon bagarreur, d’où son travail de videur au Copacabana. Tony représente l’italien-américain des années 60, bon vivant, franc et décontracté. Dans ce rôle, Vigo Mortensen est méconnaissable! Bien arrondi et le cheveu gras, ça ne lui enlève en aucun cas ses talents d’acteur, il est incroyable! Tout comme son acolyte, parlons-en d’ailleurs…

Docteur Don Shirley, son opposé, disons-le clairement. Un homme très élégant, distingué et … . Toujours bien habillé, adepte du smoking, il est un virtuose de renommée mais aussi un homme doté d’une grande culture. Contrairement à Tony, il est très calme et très posé (le contraste entre les deux personnages fait d’ailleurs tout le film). Sous ses airs très durs, se cache une personne sensible avec de grandes blessures personnelles.

Mahershala Ali est vraiment un acteur brillant que je ne connaissais pas! Il incarne son personnage à la perfection!

Cette rencontre entre Tony et Don Shirley est par moment tellement jubilatoire mais aussi souvent difficile de par ces moments de profondes injustices dues à la ségrégation raciale.

Peter Farelly a su faire de ce film une comédie dramatique parfaitement réussie, dosant à la perfection: le rythme, la musique, l’ambiance et les dialogues.

Comme vous l’avez compris, « Green Book » c’est un peu LE FILM à ne pas manquer cette année. Tellement prenant et n’oublions pas que tout ceci est tiré d’une histoire vraie. D’ailleurs le nom « Green Book » vient d’un vrai guide de voyage intitulé « The Negro Motorist Green-Book » publié de 1936 à 1966 par un postier afro-américain venant de New York, Victor Hugo Green. Ce livre était un guide qui recensait les commerces, hôtels, restaurants,etc… qui autorisaient l’accès aux personnes de couleur à cause des lois ségrégationnistes. Il permettait aux voyageurs de planifier leurs voyages en évitant tous conflits.

Tony Vallelonga et Don Shirley restèrent amis jusqu’à la fin de leurs vies et sont décédés à quelques mois d’écart, en 2013.


Un conseil? Savourez Green Book comme vous pourriez savourer le dernier cookie de la boîte à biscuits. Une fois terminé, vous restez plongé dedans toute la soirée et, Tony et Don Shirley ainsi que leur histoire vous manquent déjà. 

D’ailleurs… Cet article me permet de vous parler de ce chef-d’oeuvre mais aussi, de tirer sur le temps pour rester imprégnée encore un moment.


Et toi, l’as tu déjà vu? J’aimerais vraiment avoir ton avis! 

Publicités

6 commentaires sur « Mon avis sur « Green Book: sur les routes du sud » »

  1. J’ai aimé ce film car il raconte une histoire peu banale sur le ton de l’humour. Ce qui me perturbe un peu (mais cela est du à la loi du cinéma) ce sont les bienveillances dont les protagonistes bénéficient durant cette période très difficile pour la communauté noire. Certes la musique m’a enchanté, les dialogues sont fédérateurs et les acteurs juste fantastiques.
    Il faudra attendre les récompenses qu’il mérite.

Répondre à toujoursalapge Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s